Ahmed Sparrow : rodage tranquille avant décollage !

J’ai eu l’opportunité de découvrir Ahmed Sparrow alors qu’il faisait la première partie du rodage du nouveau spectacle de Donell Jacksman au Point Virgule cet été. Il m’a fait beaucoup rire. Je suis donc allée au rodage de son propre spectacle au Sentier des Halles.

Ahmed Sparrow est dynamique, jeune, attachant. Il fait de bonnes interactions avec le public et sait improviser.Il nous parle de sa jeunesse et de la particularité de vivre dans une famille de 12 enfants, sa mauvaise expérience de vol de voiture. Il nous dépeint également la différence entre les sports classieux comme le tennis et ceux beaucoup plus populaires. Il ne s’attaque pas au sujet des relations amoureuses car, il ne s’en cache pas, ce n’est pas un sujet qu’il maîtrise même s’il prône l’amour – oh que oui. Ce sont les membres du public qui servent de cobaye pour cette partie là. Car oui, il y a des sujets qui reviennent toujours. Et je parlerai alors d’un bémol : Ahmed parle beaucoup des différences de religions, de l’inégalité des chances et des clichés propres à certaines communautés. On rit, mais c’est du déjà vu.

En tout, 1h de spectacle dont le rodage semple plutôt bien avancé. Ahmed est à l’aise sur scène, « tranquille » comme le titre de son spectacle. Il est touchant et lui aussi, donne envie de l’avoir parmi ses potes. Pas de doutes, vous entendrez beaucoup parler de lui. N’hésitez pas à aller le voir en rodage tous les samedis soirs au Sentier des Halles, vous passerez un bon moment.

Monsieur Fraize : digestion très difficile

Hier, j’ai été voir Monsieur Fraize en spectacle à l’Européen. Honnêtement, je ne connaissais pas ce monsieur mais deux collègues m’ont poussé à aller le voir car il s’agissait du ‘meilleur one man show qu’ils ont pu voir’. On m’a quand même prévenu : c’est très spécial et certains spectateurs ont quitté la salle en plein milieu de la représentation. Curieuse, j’ai testé… et je dois avouer que, pour la première fois de ma vie, j’ai quitté la salle avant la fin du spectacle.

Dès les 10 premières minutes, j’ai su que ça allait être dur. Se prenant pour un ‘clown pour adultes’, Monsieur Fraize a fait mine de louper son entrée sur scène et de n’avoir aucun texte, en soufflant dans son micro pour le tester. Les gens dans le public sont hilares, moi je grimace.

Finalement ce monsieur nous explique qu’il est sur scène pour travailler, gagner de l’argent et s’acheter des produits en promotion. On aura un long moment de démonstration d’un catalogue Carrefour, et je me dis que je serai mieux chez moi, dans mon lit. Un premier couple quitte la salle et je me pense que ça sera bientôt mon tour.

J’ai tenu en tout, trois quarts d’heure avant de m’enfuir devant ce spectacle. Au moins, on ne peut pas dire que Monsieur Fraize n’est pas original et qu’il ne prend pas de risque. C’est un ovni. Mais je dois dire que l’humour par le néant ne me plaît pas. J’aime quand ça parle, ça interagit et c’est fin. Je me suis revue, lorsqu’au lycée, j’étais allée voir la pièce En Attendant Godot qui m’avait horripilée, jusqu’à ce qu’on arrive à l’analyse de texte qui faisait sens. J’ai perdu ma soirée mais au moins, j’ai pu me faire un avis.

Monsieur Fraize, ce n’est pas pour moi mais si vous aimez tenter des expériences, allez-y, il joue encore à l’Européen.

[Coup de coeur] Sugar Sammy, maître du stand-up

Sugar Sammy est un humoriste canadien d’origine indienne, adepte du stand-up et qui a déjà fait voyager son spectacle un peu partout dans le monde. Installé depuis quelques temps en France, il était temps que j’aille le découvrir sur scène, après toutes les critiques dithyrambiques entendues à son égard. Je l’ai donc découvert un peu avant Noël, sur ses dernières dates, avant d’apprendre – oh la bonne nouvelle – qu’il sera de retour pour de nouvelles dates en France en 2019.

Il présente un spectacle écrit spécialement pour la France dans la tradition du stand-up américain : un micro, pas de censure ! Il interagit avec le public sans mettre les gens mal à l’aise (évitez tout de même les premiers rangs si vous êtes timides). Il y parle des clichés des parisiens, de la vie de couple, du racisme… Des thèmes, certes déjà vus et revus mais une approche nouvelle, franche, à ne pas voir si vous êtes une âme sensible. Chaque spectacle est unique car il dépend du public et des interactions avec celui-ci.

Pour conclure, je dirai que Sugar Sammy fait partie des meilleurs comiques que j’ai eu la chance de voir sur scène et j’ai ri aux larmes du début à la fin, étant une fan d’humour noir. Il joue à l’Alhambra jusqu’à fin décembre puis sera de retour en avril. Cette fois, vous n’avez pas d’excuse pour le manquer !