Le musée Yves Saint Laurent ouvre ses portes en avant première le 1er octobre

Le Musée Yves Saint Laurent ouvrira ses portes le 3 octobre 2017. Mais vous pourrez découvrir le lieu en avant-première grâce à une journée portes ouvertes le dimanche 1er octobre de  à 

Visite libre sans réservation. En fonction de l’affluence, un temps d’attente à l’extérieur du musée est à prévoir.

Le musée Yves Saint Laurent ouvre en proposant un parcours rétrospectif inédit de l’œuvre d’Yves Saint Laurent, présenté dans le lieu historique de l’ancienne maison de couture.
Le parcours inaugural du Musée Yves Saint Laurent Paris rend compte du génie créatif du couturier à partir d’une sélection d’une cinquantaine de modèles de haute couture accompagnés d’accessoires, de croquis, de photographies ou de films.
Des modèles les plus emblématiques comme le smoking, la saharienne, le jumpsuit, le trench-coat, qui sont la quintessence du style Saint Laurent, à ses hommages à l’art, en passant par ses collections inspirées d’horizons rêvés comme la Chine, l’Inde, l’Espagne et bien sûr la Russie, cette présentation aborde tous les grands thèmes.
Elle n’en demeure pas moins tout à fait inédite : les créations les plus célèbres comme la robe Mondrian ou les tenues d’inspiration africaine, côtoient des pièces exposées pour la toute première fois à travers des associations ou des dialogues imaginés spécialement pour cette ouverture.
Installé dans l’hôtel particulier historique du 5 avenue Marceau où naquirent durant près de trente ans, de 1974 à 2002, les créations d’Yves Saint Laurent, le parcours explore aussi la vie de la maison de couture et le processus de création d’une collection. Il se veut enfin le témoin de l’Histoire du XXème siècle et d’une haute couture qui accompagnait un certain art de vivre aujourd’hui disparu.

Balenciaga mis à l’honneur au Musée Bourdelle

Présentée hors les murs au Musée Bourdelle (Paris 15e), l’exposition Balenciaga l’oeuvre au noir, rend hommage à Cristóbal Balenciaga (1895-1972), le couturier des couturiers. Du grand hall des plâtres jusqu’à l’extension contemporaine de Portzamparc, en passant par les ateliers de Bourdelle, les pièces du couturier établissent un dialogue tranchant, noir sur blanc, avec ce grand maître de la sculpture du tournant du XXe siècle.

Noire, l’irrigation de Balenciaga puisant les racines de son oeuvre dans l’Espagne folklorique et traditionnelle de son enfance. Noir, le goût de l’épure de ce technicien hors normes avec ses lignes tonneau (1947), ballon (1950), semi-ajustée (1951), tunique (1955), sa célèbre robe-sac (1957)… Noires, les inspirations monacales du maître dont Dior disait : « Le vêtement était sa religion ».

Cette première partie du parcours de l’exposition « silhouette & volumes » est suivie de « noirs & lumières » et « noirs et couleurs ». Car chez Balenciaga, le noir, plus qu’une couleur ou même une non couleur, est une matière vibrante, tour à tour opaque ou transparente, mate ou brillante, tout en jeux de lumière qui doit autant à la somptuosité des tissus qu’à l’apparente simplicité de ses coupes. Un rehaut de dentelles, une composition de broderie, une guipure, un épais tombé de velours de soie et c’est une jupe, un boléro, une mantille, une cape réinventée en manteau, un manteau taillé en pèlerine… Ici, des pièces de jour, tailleur, veste… et là, des ensembles du soir, aussi des robes de cocktail doublés en taffetas de soie, bordés de franges, ornés de rubans de satin, de perles de jais, de paillettes… et des accessoires, noirs bien sûr… D’un noir conjugué à travers une centaine de pièces issues du fonds Galliera et des archives de la Maison Balenciaga.

Balenciaga, l’oeuvre au noir
Du 8 mars au 16 juillet 2017
MUSÉE BOURDELLE
http://palaisgalliera.paris.fr/fr/expositions/balenciaga-loeuvre-au-noir

Tenue correcte exigée au Musée des Arts Décoratifs

À chaque saison de la mode, comme dans l’actualité sociale et politique, difficile d’échapper à la question du code vestimentaire. « Tenue correcte exigée, quand le vêtement fait scandale », présentée au musée des Arts décoratifs du 1er décembre 2016 au 23 avril 2017, invite à revisiter les scandales qui ont présidé les grands tournants de l’histoire de la mode du XIVe siècle à nos jours.

Cette exposition originale et inattendue propose d’explorer à l’appui de plus de 400 vêtements et accessoires, portraits, caricatures et petits objets, les prises de libertés et les infractions faites à la norme vestimentaire, aux codes et aux valeurs morales. Robe volante, pantalon féminin, jupe pour homme, smoking pour femme, mini-jupe, baggy, ou blue jeans, devenus emblématiques, ont tous marqué une rupture, provoquant à leur apparition de virulentes critiques, voire des interdictions. Parce qu’ils étaient trop courts ou trop longs, trop ajustés ou trop amples, trop impudiques ou trop couvrants, trop féminins pour l’homme ou trop masculins pour la femme, ces vêtements ont transgressé l’ordre établi.

Ce projet, conçu par Denis Bruna, conservateur, dans une scénographie confiée à Constance Guisset, s’articule autour de trois thématiques fortes : le vêtement et la règle, est-ce une fille ou un garçon ? et la provocation des excès.
24
TENUE CORRECTE EXIGÉE, QUAND LE VÊTEMENT FAIT SCANDALE
du 1er décembre 2016 au 23 avril 2017 au Musée des Arts Décoratifs

Source

Louis Vuitton s’expose au Grand Palais

Louis Vuitton présente « Volez, Voguez, Voyagez – Louis Vuitton » au Grand Palais du 04 décembre 2015 au 21 février 2016.

L’exposition retrace l’aventure de la Maison Louis Vuitton, de 1854 à aujourd’hui, à travers les portraits de ses fondateurs mais aussi de ceux qui inventent aujourd’hui le Louis Vuitton de demain.

« Louis Vuitton s’est toujours situé au sommet de la création. Si, plus d’un siècle plus tard, la Maison reste à la tête de la mode, cela est grâce à la mise en valeur de notre héritage tout en continuant à anticiper les tendances à venir. Pour cette exposition, Olivier Saillard s’est plongé dans les archives de notre Maison afin d’en déchiffrer les secrets. Il amène une vision nouvelle de notre passé, présent et futur »
dit Michael Burke, PDG de Louis Vuitton.

Le Grand Palais a été érigé en 1900 pour l’une des plus spectaculaires Expositions Universelles, celle de Paris qui accueillit 48 millions de visiteurs. A l’aube d’un nouveau siècle, Georges Vuitton était en charge de la section « Articles de voyage et maroquinerie ». Le stand Louis Vuitton se démarque alors sous la forme inattendue d’un carrousel et devient le centre de toute l’attention, présentant les bagages et sacs les plus innovants et élégants de la Maison.

Source et infos

L’exposition de Snoopy et Belle dans leurs plus beaux habits!

A l’occasion de la Fashion Week parisienne, Snoopy et Belle, habillés par plus de 30 grands couturiers, joueront le jeu au Palais de Tokyo du 29 septembre au 1er octobre 2015. Une expo courte et fashion, à ne pas louper!

Au total, c’est une exposition de plus de 60 figurines de Snoopy et sa soeur Belle, qui ont ainsi été habillés par les plus grands créateurs, à l’occasion de la fashion week prêt-à-porter parisienne, mais également pour fêter les 65 ans des Peanuts, ainsi que la sortie du film le 23 décembre prochain.

Pour cette nouvelle édition, ont participé : Anna Sui, Betsey Johnson, Bibhu Mohapatra, Calvin Klein Collection, Christian Siriano, Costello Tagliapietra, DKNY, Diane Von Furstenberg, Dsquared2, Dries Van Noten, Edwin Oudshoorn, Emanuel Ungaro, Isaac Mizrahi, Isabel Marant, J. Mendel, Kenneth Cole, Lisa Perry, MAC Cosmetics, Marta Larsson. Opening Ceremony, PhilipTreacy, Rodarte, Royal Asscher, Swarovski, Tracy Reese, VPL by Victoria Bartlett et Zac Posen.

Une exposition pour petits et grands, fans de mode pour une exposition décalée!

Infos pratiques :
Snoopy and Belle in fashion
Du 29 septembre au 1er octobre 2015
Lieu : Palais de Tokyo, 13 avenue du Président Wilson, 75116 Paris
Horaires : midi-minuit
Tarif : 10€

Le magazine ELLE fête ses 70 ans et vous êtes tous invités!

Au mois de novembre, le magazine ELLE fêtera ses 70 ans. Du sourire de Catherine Deneuve à la chute de reins d’Emmanuelle Béart, de la femme afghane voilée aux attentats de « Charlie Hebdo »… Soixante-dix ans de ELLE, ce sont plus de 3 500 couvertures iconiques. Pour cette occasion, vous pourrez en découvrir quatre-vingts, exposées en plein air sur les Champs-Elysées, de la place de la Concorde au Petit Palais, à Paris. Une promenade gratuite en très grand format dans soixante-dix ans d’histoire des modes, du monde et des femmes.

Exposition exceptionnelle de Jean-Paul Gaultier au Grand Palais

L’exposition Jean-Paul Gaultier présente des pièces inédites du créateur (haute couture et prêt-à-porter), créées entre 1970 et 2013. Elles sont accompagnées de croquis, archives, costumes de scène, extraits de films, de défilés, de concerts, de vidéoclips, de spectacles de danse et d’émissions télévisées.

Le parcours bénéficie en outre du talent de nombreux artistes et experts de renom, dont la compagnie avant-gardiste théâtrale montréalaise UBU dirigée par Denis Marleau et Stéphanie Jasmin, qui a animé les mannequins suivant un procédé technologique novateur. Cet événement constitue la dixième étape d’un projet initié par Nathalie Bondil, directrice du Musée des beaux-arts de Montréal.

Du 01 Avril 2015 au 03 Août 2015 au Grand Palais, Galeries nationales

Plus d’informations

Papier Glacé, l’exposition de photographies de mode par Condé Nast

UN SIÈCLE DE PHOTOGRAPHIE DE MODE CHEZ CONDÉ NAST – Du 1er mars au 25 mai 2014 au Palais Galliera

Élégance et séduction, excellence et sens artistique font l’esprit Condé Nast. Depuis un siècle, le groupe de presse – éditeur des magazines Vogue, Vanity Fair, Glamour ou W – joue un rôle déterminant dans le domaine de la photographie de mode.

L’exposition Papier glacé, un siècle de photographie de mode chez Condé Nast puise dans les archives de Condé Nast New York, Paris, Milan et Londres, pour réunir cent cinquante tirages, pour la plupart originaux, des plus grands photographes de mode de 1918 à nos jours.

Cette exposition est l’occasion de redécouvrir le travail de quatre-vingt photographes à l’orée de leur carrière. Organisée de manière thématique, elle permet de souligner les filiations entre ces photographes qui façonnent, au fil des pages, l’identité et l’histoire de Vogue.

Les photographies sont accompagnées d’une quinzaine de vêtements de couturiers, issus des collections du Palais Galliera. Dans deux salons de lecture, une cinquantaine de magazines sous vitrine et des écrans permettent de « feuilleter » les sujets marquants des publications du groupe Condé Nast. Enfin, des films contemporains projetés sur grand écran esquissent l’avenir possible de la photographie de mode.

Plus d’informations

UN SIÈCLE DE PHOTOGRAPHIE DE MODE CHEZ CONDÉ NAST

Du 1er mars au 25 mai 2014

Élégance et séduction, excellence et sens artistique font l’esprit Condé Nast. Depuis un siècle, le groupe de presse – éditeur des magazines Vogue, Vanity Fair, Glamour ou W – joue un rôle déterminant dans le domaine de la photographie de mode.

L’exposition Papier glacé, un siècle de photographie de mode chez Condé Nast puise dans les archives de Condé Nast New York, Paris, Milan et Londres, pour réunir cent cinquante tirages, pour la plupart originaux, des plus grands photographes de mode de 1918 à nos jours.

Les rédacteurs en chef et directeurs artistiques des magazines Vogue, Glamour ou plus récemment W, n’ont eu de cesse de révéler d’immenses talents, jouant un rôle déterminant dans le renouvellement de  la photographie de mode. Le premier photographe engagé par le groupe de presse est le baron Adolf de Meyer. Il sera suivi par Edward Steichen, George Hoyningen-Huene, Horst P. Horst, Cecil Beaton, Erwin Blumenfeld, Irving Penn. Puis, à partir des années 1950, Guy Bourdin, William Klein, David Bailey, Helmut Newton, Bruce Weber, Peter Lindbergh, Steven Meisel, Inez van Lamsweerde & Vinoodh Matadin, Miles Aldridge …

Cette exposition est l’occasion de redécouvrir le travail de quatre-vingt photographes à l’orée de leur carrière. Organisée de manière thématique, elle permet de souligner les filiations entre ces photographes qui façonnent, au fil des pages, l’identité et l’histoire de Vogue. Des dialogues se nouent ainsi naturellement entre les intérieurs élégants du baron de Meyer et Henry Clarke ; les mises en scène narratives de Cecil Beaton et Deborah Turbeville ; les instantanés de Norman Parkinson et William Klein; les expérimentations visuelles d’Erwin Blumenfeld et Paolo Roversi; les jeux surréalistes de Man Ray, John Rawlings et Guy Bourdin ; les corps glorifiés de Horst P. Horst, Herb Ritts et Albert Watson ; les portraits de mannequins d’Irving Penn, Peter Lindbergh et Corinne Day.

Les photographies sont accompagnées d’une quinzaine de vêtements de couturiers, issus des collections du Palais Galliera. Dans deux salons de lecture, une cinquantaine de magazines sous vitrine et des écrans permettent de « feuilleter » les sujets marquants des publications du groupe Condé Nast. Enfin, des films contemporains projetés sur grand écran esquissent l’avenir possible de la photographie de mode.

Après Berlin, Milan, Edimbourg, l’itinérance se poursuivra à Zurich, West Palm Beach, Fort Worth et Tokyo.

Cette exposition est organisée avec la Foundation for the Exhibition of Photography, Minneapolis.

– See more at: http://palaisgalliera.paris.fr/fr/expositions/papier-glace#sthash.9Vd3ptw2.dpuf