Je pionce donc je suis : la pièce qui fait rêver

Je suis fan de Michaël Hirsch, tout le monde le sais. Ce deuxième spectacle, je l’ai attendu, après le fabuleux « Pourquoi », un premier spectacle extraordinaire où, seul en scène, Michaël se pose de grandes questions sur la vie, avec des jeux de mots qui s’enchaînent pour notre plus grand plaisir.

Cette fois, Michaël Hirsch va encore plus loin. Dans un thème qui me parle beaucoup (dormir, une passion). Il y incarne Isidore Beaupieu dont la vie a basculé après s’être endormi lors du plus gros événement de sa vie. Un chamboulement qui l’a poussé à revoir le monde à sa façon.
C’est l’histoire d’un monde où tout s’accélère, mais où l’urgent ne fait pas le bonheur, où l’on aimerait parfois mettre sa vie entre charentaises. C’est l’histoire d’un monde où l’on a oublié que l’Homme descend du songe.

Incarnant tour à tour plus de vingt personnages, Michaël Hirsch, est doté d’une énergie bluffante et ses interprétations sont parfaites. On reste sur la lancée des jeux de mots et on s’en délecte. Difficile de faire mieux après le succès de « Pourquoi », pourtant, il a fait mieux encore. Vivement la suite!

Si vous ne savez pas quoi faire de vos soirées d’hiver, sortez de votre lit et allez voir « Je pionce donc je suis au Théâtre du Lucernaire », vous ne serez pas déçu.

Jusqu’au 19 janvier 2020 les jeudis, vendredis et samedis à 21h30 – et les dimanches à 19h00 à partir du 15 décembre – Théâtre le Lucernaire

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *