Assistez à un festival exceptionnel d’illumination au Jardin des Plantes

Pour la toute première fois de son histoire, le Jardin des Plantes se pare de mille feux et propose une promenade nocturne à la lueur de monumentales structures lumineuses. 

Une exposition qui va éclairer la conscience des petits et des grands et qui montre à quel point il est important de préserver notre faune et notre flore. 

Commencez le parcours place Valhubert par des lanternes spectaculaires représentant des créatures disparues il y a 65 millions d’années, découvrez des espèces éteintes ou menacées sous la pression des civilisations humaines, croisez la route d’un requin blanc de 30 mètres de long et entrez dans la Ménagerie, déambulez dans le zoo du Jardin des Plantes métamorphosé et habité par des animaux gigantesques et lumineux…

Ce festival de lumière insolite est aussi jalonné de spectacles vivants sur le thème de la nature et d’ateliers pour les enfants qui pourront même construire et décorer leur propre lanterne.

Un show lumineux et poétique à vivre du 16 novembre au 15 janvier (fermeture exceptionnelle le 24 décembre).

Source

Picasso à la fête pour un weekend au Musée d’Orsay

A l’occasion d’un week-end festif et familial, le musée d’Orsay vous convie à explorer la passion de Picasso pour les artistes du cirque qui s’exprime dès la période bleue et rose de son oeuvre. Dans le cadre grandiose de la nef d’Orsay, deux artistes de renommée internationale, Elizabeth Streb (New York) et Stéphane Ricordel (Paris), revisiteront cette passion en proposant une série de performances spectaculaires réunissant des acrobates, danseurs et performeurs rompus aux expériences les plus extrêmes et la violoncelliste Sonia Wieder-Atherton.

Durant tout le week end, petits et grands pourront s’initier avec les apprentis de l’Académie Fratellini à des numéros de cirque, assister à des démonstrations, rencontrer des artistes, ou se laisser guider dans l’exposition Picasso. Bleu et rose pour admirer ou revoir avec un oeil neuf les chefs-d’oeuvre du maître catalan. Deux journées et soirées exceptionnelles !

Au programme :

Ouverture non-stop de l’exposition « Picasso. Bleu et rose »
Plus grande exposition jamais consacrée à la période pré-cubiste du maître espagnol, Picasso, Bleu et rose, coproduite par le musée d’Orsay et le musée Picasso Paris, est l’occasion unique de découvrir une facette méconnue de son oeuvre. De sa jeunesse barcelonaise aux années montmartroises mais aussi sur la route avec les saltimbanques, voyagez dans l’univers poétique et grinçant d’une oeuvre en construction et déjà spectaculaire.

Atelier : Tour de piste avec l’Académie Fratellini
L’Académie Fratellini pose ses tréteaux dans la salle des Fêtes du musée d’Orsay et vous invite à entrer dans l’univers du cirque. Fil, équilibre, jonglage ; encadrés par des élèves de l’Académie, des ateliers tout public réveilleront le saltimbanque qui sommeille en vous !

Atelier : 50 nuances de bleu et rose
Dans l’atelier du musée, notre équipe de plasticiens vous fait explorer les infinies nuances du bleu et du rose. Elaborez votre propre nuancier et personnalisez un carnet de dessins sur les pas de Picasso.

Parades dans la nef avec l’Académie Fratellini
Les apprentis de l’Académie Fratellini fêtent Picasso en fanfare ! Au cours d’une parade improvisée par Antonino Mollica et ses musiciens, jongleurs, acrobates et funambules déambulent dans la grande allée des sculptures et rivalisent d’équilibre avec les chefs-d’oeuvre de la collection.

Sur les pas de Picasso. Visites dans l’exposition et les collections
Saviez-vous que c’est à la gare d’Orsay que le jeune Pablo Picasso est arrivé à Paris en 1900 ? Toutes les heures de 14h30 à 17h30, les conférenciers du musée vous invitent à mettre vos pas dans ceux d’un Picasso de 19 ans qui découvre Paris.

Rendez-vous dans la loge….
Glissez-vous dans l’atmosphère intime et feutrée de la loge de cirque aménagée dans le fumoir du musée pour vivre des rencontres inoubliables avec les artistes du week-end et vous faire conter l’histoire passionnante de Picasso et du cirque.

Un cirque éphémère en salle des Fêtes
Aménagée en piste de cirque éphémère, la salle des fêtes du musée d’Orsay accueille tapis, câbles et gradins et vous invite à découvrir le spectacle « fil-fil ». Devant enfants et adultes, trois acrobates rivalisent d’humour et d’équilibre de manière douce et poétique pour un moment de magie à hauteur de trois pommes.

Le Cirque de Charlie Chaplin, ciné-concert
En 1928, Charlie Chaplin réalise The Circus, chef-d’oeuvre d’humour et de fantaisie. Le musée vous propose de redécouvrir la version originale de cette perle du cinéma muet accompagnée au piano par Axel Nouveau, le pianiste du Louxor.

Performances spectaculaires dans la nef
Pour clore chacune des deux journées de ce week-end festif, le Théâtre du Châtelet et le musée d’Orsay vous proposent un spectacle inédit en deux parties.

Détails du programme ici

Mickey Mouse fête ses 90 ans avec des événements dans toute la France

Disney invite les Français à partir à la découverte des Mickey Cachés pour élire la ville la plus enthousiaste de France, que ce soit dans leur quotidien ou à Paris, Bordeaux Marseille, et Lyon

Pour fédérer et partager l’enthousiasme de la plus iconique des souris avec l’ensemble des français, Disney a lancé en février dernier La jauge de l’enthousiasme et a invité les Français à interagir sur les réseaux sociaux avec le #Mickey90, tout au long de l’année pour participer aux célébrations de son anniversaire.

Les Mickey cachés ou Les « hidden Mickey» sont bien connus des fans. En effet, Mickey est souvent subtilement caché dans des films ou lieux emblématiques Disney, et deux opérations sont organisées en septembre.

1. Avec des graffeurs locaux dans 4 villes de France

Partez à la recherche des Mickey cachés, dans 4 villes de France, du 27 août au 9 septembre en essayant de retrouver des œuvres d’art réalisées par des grapheurs locaux revisitant Mickey à Paris, Lyon, Marseille et Bordeaux.

Découvrez les 4 artistes et les œuvres à trouver :

A Lyon: LA COULURE, “Mickey is cool”

http://www.lacoulure.com/

Pour Ce collectif d’artistes originaires de Lyon, et inspiré par la bande dessinée et l’illustration pour enfants, « Les créations Disney et plus particulièrement Mickey ont eues un impact énorme sur le monde de l’illustration depuis près de cent ans, des grosses productions aux comics underground et jusqu’au graffiti… l’hommage qui nous est proposé d’effectuer aujourd’hui nous permet de revenir aux sources et de boucler la boucle ! »

A Paris : DACO, « GRAFFAUNE90MICKEY »

https://www.dacopaint.com/

Pour cet artiste originaire du sud de Paris, connu par sa série d’animaux qu’il appelle « Graffaune » contraction de graffiti et Faune, « Mickey, comme pour beaucoup, c’est toute mon enfance, le retranscrire dans mon style artistique pour ses 90 ans, c’est replonger dedans ! »

A Bordeaux : JAEN, « Essence M »

https://jaen.art/info

Pour JAEN, artiste bordelais qui combine art numérique, peintures et illustrations, « Plus qu’un personnage, Mickey est une icône, nécessairement protéiforme à mesure de son passage entre les mains de nombreux artistes. C’est cette essence que j’utilise comme substance créative, convoquant la magie onirique de Fantasia de concert avec le charme de ses débuts ainsi qu’une pincée de paréidolie nuageuse pour lui tenir compagnie »

A Marseille : REMY UNO, « Quand je dormais en pyjama »

http://remyuno.com/

Pour Remy, qui s’intéresse à l’image en tant que lien entre deux réalités, celle du peintre et celle du modèle, « Spontanément, Mickey, c’est forcément l’enfance, quand on regardait Disney Channel chez ma grand-mère le samedi soir, quand les fauteuils étaient immenses et le monde pas aussi grand que maintenant »

2.  Pour élire la ville la plus enthousiaste de France en partageant les Mickey cachés du quotidien

Un grand cercle pour la tête, deux cercles plus petits pour les oreilles : il suffit de peu de choses pour évoquer Mickey. Que ce soit dans les nuages, sur les tâches des animaux, des ombres sur les murs ou encore des objets astucieusement installés… Jusqu’au 22 septembre les Français peuvent partager leur photo sur leur compte Instagram avec #Mickey90 et le hashtag de leur ville. Par exemple, pour les habitants de Lille ils devront indiquer #Mickey90 #Lille, et participeront au tirage au sort pour gagner un week-end exceptionnel à Disneyland Paris et bien d’autres surprises.

La ville la plus représentée sera nommée la « Ville la plus enthousiaste de France ! » et aura l’honneur d’accueillir le 18 octobre un événement spécial pour l’anniversaire de Mickey.

Visuel de la jauge, disponible à tout moment ici : https://www.facebook.com/mickeyfrance/

Source

Première exposition consacrée à Sigmund Freud en France

Du 10 octobre 2018 au 10 février 2019, le Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme consacre une exposition à Sigmund Freud. Cette exposition, proposée à l’occasion des vingt ans du mahJ, est la première présentée en France sur Sigmund Freud (1856-1939). Par un ensemble de 200 pièces – peintures, dessins, gravures, ouvrages, objets et dispositifs scientifiques –, dont des œuvres majeures de Gustave Courbet (L’Origine du monde), Oskar Kokoschka, Mark Rothko ou Egon Schiele, elle jette un regard nouveau sur le cheminement intellectuel et scientifique de l’inventeur de la psychanalyse.

L’exposition fait redécouvrir l’invention de la psychanalyse. Si cette démarche est née de l’observation éminemment visuelle des symptômes, photographiés, dessinés, mis en scène autour de Jean-Martin Charcot (1825-1893) à la Salpêtrière, elle trouve sa spécificité et son efficacité à refuser l’image. Elle s’épanouit dans la seule écoute, dans les associations de mots, en l’absence de toute représentation visuelle.

Le lisible contre le visible, le mot contre l’image : Freud se pose ici en héritier de Moïse, grand briseur d’images. La spiritualité juive, à défaut d’une foi et d’une pratique, irrigue ses travaux, de L’interprétation des rêves– ouvrage dont l’herméneutique talmudique n’est pas absente –, jusqu’à l’essai final, Moïse et le monothéisme. Si Freud lui-même, né dans une famille juive originaire de Galicie gagnée par les idées de la Haskalah (les Lumières juives), affirme son athéisme et tient sa production scientifique à l’écart de son ascendance juive, tout comme du milieu viennois où il a vécu, c’est d’abord pour faire de la psychanalyse une science universelle, détachée de tout particularisme religieux ou culturel. Mais la démarche psychanalytique n’est pas étrangère à la tradition interprétative propre au judaïsme.

L’exposition bénéficie de prêts exceptionnels du musée Freud de Londres, du musée d’Orsay et du musée national d’Art moderne, ainsi que de grands musées autrichiens et allemands (Leopold Museum, Österreichische Galerie Belvedere, Vienne ; Museum der Bildenden Künste, Leipzig…).

Source

Michael Jackson mis à l’honneur au Grand Palais

Star planétaire, Michael Jackson nous a quitté il y a presque 10 ans. Vous connaissez ses chansons par cœur, vous maîtrisez (ou pas) le moon walk… Mais savez-vous qu’il a inspiré les artistes contemporains du monde entier, depuis son enfance aux côtés des Jackson Five jusqu’à son élévation au rang d’icône de la pop culture ? Le Grand Palais vous propose un parcours mêlant des techniques variées évoquant la vie et l’œuvre d’un chanteur, chorégraphe, danseur, inventeur inlassable de son image… bref, le King of Pop !

Michael Jackson. On the Wall – exposition au Grand Palais
Du 23 novembre 2018 au 14 février 2019

Exposition exceptionnelle : Picasso et la danse

La BnF et l’Opéra national de Paris explorent les différentes facettes du rapport de Picasso à la danse à travers une série d’oeuvres et de documents rarement exposés en France. Peintre majeur du XXe siècle, Picasso a produit une oeuvre d’une richesse extraordinaire. Bien avant son mariage avec la ballerine Olga, c’est la danse populaire qui suscite l’intérêt de l’artiste. Il croque ainsi le cirque comme le cabaret à travers de multiples dessins. Si son activité de dessinateur de costumes et de décors pour les Ballets russes dans les années 1910-1920 est bien connue, se rappellet-on qu’il a collaboré avec le chorégraphe Serge Lifar pour la reprise d’Icare en 1962 à l’Opéra de Paris ? L’exposition donnera aussi l’occasion de découvrir quelques aspects de la danse dans l’oeuvre de Picasso, des bacchantes et autres faunes dans les estampes d’inspiration mythologique des années1940-1950 aux danses érotisées de la fin des années 1960. Conçue à partir des collections de la BnF et de l’Opéra national de Paris, l’exposition bénéficie de prêts exceptionnels du Musée national Picasso-Paris.

Informations

La Philarmonie de Paris annonce une exposition consacrée aux comédies musicales

La comédie musicale bénéficie aujourd’hui d’un extraordinaire regain de popularité. Mais que provoquent en nous, depuis Chantons sous la pluie jusqu’à La La Land, ces personnages qui se mettent soudainement à chanter ou à danser pour exprimer leurs émotions ? Le récit en est transfiguré, la morosité de l’existence est dépassée, l’espoir renaît, la musique invite à l’euphorie du « spectacle total » !

LA FABRIQUE DU GENRE

Le casting des stars qui chantent et dansent, l’écriture des scénarios de leur vie rêvée, la composition de la musique qui les entraîne, la conception des décors, costumes et chorégraphies qui créent l’enchantement : l’exposition découvre les coulisses de la comédie musicale, produit d’une industrie du rêve qui dépense sans compter et d’une collaboration entre des créateurs inspirés.

Le genre est également replacé dans son contexte historique. La part belle est donnée à l’âge d’or des grands studios hollywoodiens, de la fin des années 1920 aux années 1960, lesquels ont séduit le monde et fait naître autant d’imitations que de démarcations ; depuis, des comédies musicales sont produites dans tous les pays, intégrant leurs particularités culturelles. D’une décennie à l’autre, le cinéma tente également d’adapter le genre à l’évolution constante des goûts du public : aucun style de musique ou de danse n’y résiste, depuis le rock’n’roll dans Jailhouse Rock jusqu’aux psalmodies timbrées de Björk dans Dancer in the Dark.

UNE EXPOSITION IMMERSIVE

L’exposition prend le parti d’immerger les visiteurs dans les films eux-mêmes, par des projections géantes, accompagnées de photographies et documents rares. Au plus près de l’expérience cinématographique, le parcours s’organise autour d’un grand espace peuplé de personnages qui dansent, de Fred Astaire à John Travolta, de Cyd Charisse aux héroïnes de Jacques Demy, de West Side Story aux objets virevoltants de La Belle et la Bête.

UNE EXPOSITION À VIVRE EN FAMILLE

Le langage de la comédie musicale est universel : au cinéma, sa joie de vivre nous captive, l’évidence de ses musiques nous entraîne, ses corps dansants nous subjuguent en défiant les lois de la pesanteur. Le dessin d’animation s’empare très tôt du genre, pour pousser plus loin encore les limites de l’imagination.

Interactive et ludique, l’exposition invite les visiteurs à passer derrière le décor : au fil du parcours, ils doublent les voix des stars, apprennent quelques pas de claquettes, se photographient avec les accessoires de héros célèbres, sélectionnent et écoutent des partitions de chansons à succès, et découvrent des esquisses et story-boards à l’origine de séquences iconiques.

La joie de vivre du cinéma
Espace Exposition de la Philarmonie de Paris
Du 19 octobre 2018 au 27 janvier 2019
Source

Découvez gratuitement l’univers Marvel de Disneyland Paris au Palais de Tokyo

Avis aux fans des Super-Héros Marvel! Avant leur installation à Disneyland Paris pour cet été, vous pourrez découvrir un avant-goût de l’Eté des Super Héros Marvel à l’occasion d’une exposition gratuite et interactive au Yoyo du Palais de Tokyo le vendredi 23 et le samedi 24 mars 2018.

L’exposition propose des surprises et des ateliers interactifs pour expérimenter les effets spéciaux utilisés, ou encore découvrir les premiers costumes prévus pour le premier grand spectacle Marvel dans un Parc Disney, prévu cet été à Studio Théâtre et intitulé Marvel : l’Alliance des Super Héros. Cette superproduction révolutionnaire sera présentée en avant-première en réalité virtuelle.

Exposition des Hollandais à Paris, au Petit Palais

Van Gogh, Van Dongen, Mondrian… De la tradition de la peinture de fleurs aux ruptures esthétiques de la modernité, l’exposition, organisée avec le musée Van Gogh d’Amsterdam, met en lumière les riches échanges artistiques, esthétiques et amicaux entre les peintres hollandais et français, du règne de Napoléon à l’orée du XXe siècle.

Le parcours chronologique nous raconte ces liens qui se sont noués entre les artistes hollandais et leurs confères français, les influences, échanges et enrichissements mutuels à travers les figures de neuf peintres hollandais : Gérard van Spaendonck pour la fin du XVIIIe et Ary Scheffer pour la génération romantique ; Jacob Maris, Johan Jongkind et Frederik Kaemmerer pour le milieu du XIXe siècle et enfin, George Breitner, Vincent van Gogh, Kees van Dongen et Piet Mondrian pour la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Leurs oeuvres sont présentées aux côtés de celles d’artistes français contemporains comme Géricault, David, Corot, Millet, Boudin, Monet, Cézanne, Signac, Braque, Picasso… afin d’établir des correspondances et comparaisons.

Les Hollandais à Paris, 1789-1914
Petit Palais – Musée des beaux-arts de la Ville de Paris
Du 06 février 2018 au 13 mai 2018

Première grande rétrospective César au Centre Pompidou

Le Centre Pompidou rend hommage à Baldaccini César, dit César, dans La Rétrospective, qui réunit une centaine d’œuvres venues du monde entier, vingt ans après sa disparition.

« Classique, il tentait de l’être en s’approchant des maîtres du passé. Moderne, il l’était en cherchant constamment à innover, voire à militer pour un art en prise directe avec son époque, à la recherche de formes artistiques nouvelles » écrit, dans le catalogue, Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne et commissaire de l’exposition.

César a mené trois révolutions. D’abord, ses « compressions » : de la mise à la casse des carcasses de bagnoles détruites, il fait un art. Et on peut citer l’oeuvre la plus connue : les statuettes compressées sont remises chaque année aux stars des Césars, récompenses du cinéma.

Deuxième révolution : les « agrandissements » de pouce, l’empreinte du sien, dans toutes les tailles — de 42 cm à 12 m — et de tous matériaux — résine, nickel, plâtre, bronze —, et le moulage d’un sein, celui d’une danseuse du Crazy Horse. Immense, posé à côté du pouce, il dégage un côté sensuel, infantile, un peu psy. Troisième innovation : les « expansions », à base d’un nouveau matériau industriel, la mousse de polyuréthane.

César, la grande rétrospective au Centre Pompidou
Lieu : Centre Pompidou
Du 12 décembre 2017 au 23 mars 2018
Horaires : 11h-21h, fermé le mardi
Tarifs : 14€ tarif plein , 11€ tarif réduit