Les films Disney en concert symphonique : immanquable !

« Disney en concert  – Magical Music from the Movies » part pour la première fois en tournée dans toute la France. De « Mary Poppins » à « La Reine des Neiges » en passant par « Le Livre de la Jungle », « La Petite Sirène », « Aladdin », « La Belle et la Bête », « Le Roi Lion », « Pocahontas », « Raiponce »… c’est à une expérience musicale et visuelle unique dans l’univers merveilleux de Disney que sont conviés les plus jeunes comme leurs aînés.

Devant un écran géant de 20 M en ultra HD, un orchestre symphonique complet accompagné des talentueux artistes Emily Pello,Dan Menasche, Judith Derouin, Igor Bouin, vont interpréter en live des extraits des bandes originales de ces films inoubliables avec, en point d’orgue, la présence de Cerise Calixte, la voix de Vaïana dans « Vaïana : La Légende du Bout du Monde ».

Personnellement, j’ai déjà assisté à l’une de ces représentations en mars 2018 et j’ai passé un moment vraiment génial ! Les musiciens donnent une dimension grandiose aux chansons et les chanteurs live apportent un dynamisme qui va faire chanter toute la salle en cœur.

Billetterie déjà ouverte.

[Coup de cœur] Sebastian Marx : le New Yorkais est bien devenu Français

Hier soir ont eu lieu les deux dernières du spectacle de Sebastian Marx : Un news-yorkais à Paris (version française). J’ai eu le plaisir d’y assister alors que je l’avais déjà vu sur la scène du SoGymnase Comedy Club dans la version américaine de son spectacle en 2014. A l’époque déjà, j’avais passé un excellent moment. Depuis, il a bien grandi et s’offre une place magistrale sur la scène des humoristes français.

Hier soir, j’ai beaucoup ri et ça fait beaucoup de bien. Je regrette de ne pas y être retournée plus tôt, il faut dire qu’il joue depuis un moment et qu’il est très présent sur les réseaux sociaux, avec ses vidéos et podcasts. Les occasions n’ont donc pas manqué (si tu as loupé ton tour, ne loupe pas le prochain coche).

Sebastian nous a parlé de sa vie, de son rêve français dans lequel il s’est lancé comme un déglingué, à l’occasion d’une rencontre amoureuse à New York, sa ville natale. Il évoque son installation à Toulouse, ses débuts en France en tant que serveur et son très difficile apprentissage de la langue française. C’est probablement la partie la plus drôle : l’usage des anglicisme, les accents incompréhensibles, les incohérences en orthographe et la complexité de la grammaire française. Puis l’apothéose, la montée à Paris et son obtention de la nationalité française. Mais surtout, j’ai adoré la caricature des parisiens toujours mécontents et adeptes d’un discours qui n’a pas de sens (alors qu’on se comprend finalement très bien avec des ‘bah’ ‘enfin bon’…). Belle joie modérée qui nous est propre. 

Sebastian aime les français et aime Paris plus que tout autre français né ici. Merci pour cet hommage, j’ai hâte de suivre ses prochaines aventures.

L’amour expliqué au Palais de la Découverte

Quel sujet d’attention plus universel que l’amour ? Énigmatique, moteur tout-puissant de tant d’histoires, l’amour semble particulièrement difficile à cerner. « De l’amour », exposition présentée au Palais de la découverte jusqu’au 30 août 2020, questionnera ce mystérieux sentiment en s’appuyant sur des travaux scientifiques et artistiques.

Deux galeries vous sont proposées pour explorer ces territoires amoureux :

La galerie des attachements

Qu’est-ce que l’amour ? L’empathie ? L’attachement ?
Là où le français n’utilise que le terme « amour », le grec utilise quatre mots : érōs, le désir, la passion charnelle ; storgê, l’amour familial ; agapē, l’amour désintéressé et philía, l’amitié, le lien social.
Derrière la simplicité de ces définitions se cache un concept qui ne se résume ni au sexe, ni à la camaraderie, ni à l’amitié, ni à la générosité. Une approche par quatre entrées qui vous permettra de percer un peu plus ce mystère et de découvrir les dernières recherches scientifiques (les sciences affectives) sur l’amour.

La galerie des sciences

Il n’existe pas de théorie scientifique globale sur l’amour. Pourtant, l’affection, l’attachement, la sexualité et l’empathie sont véhiculés par les mêmes molécules, déclenchent la sécrétion des mêmes hormones et empruntent les mêmes circuits neuronaux.
La galerie des sciences vous permettra d’aborder le sujet en sept questions, explorées en détails par des neuroscientifiques, sociologues, sexologues, psychanalystes et philosophes :

  • C’est quoi l’amour ?
  • L’attachement, un lien qui protège, un lien qui libère
  • Amours en ligne
  • Comment le corps se manifeste ?
  • L’art d’aimer les autres
  • Des preuves d’amour
  • Comment se fabrique la sexualité ?

Ahmed Sparrow : rodage tranquille avant décollage !

J’ai eu l’opportunité de découvrir Ahmed Sparrow alors qu’il faisait la première partie du rodage du nouveau spectacle de Donel Jacksman au Point Virgule cet été. Il m’a fait beaucoup rire. Je suis donc allée au rodage de son propre spectacle au Sentier des Halles.

Ahmed Sparrow est dynamique, jeune, attachant. Il fait de bonnes interactions avec le public et sait improviser. Il se confie sur sa jeunesse et la particularité de vivre dans une famille de 12 enfants. Il nous dépeint également la différence entre les sports classieux comme le tennis et ceux beaucoup plus populaires et parle de  sa mauvaise expérience de vol de voiture. Il ne s’attaque pas au sujet des relations amoureuses car, il ne s’en cache pas, ce n’est pas un sujet qu’il maîtrise même s’il prône l’amour – oh que oui. Ce sont les membres du public qui servent de cobaye pour cette partie là. Car oui, il y a des sujets qui reviennent toujours. Et je parlerai alors d’un bémol : Ahmed parle beaucoup des différences de religions, de l’inégalité des chances et des clichés propres à certaines communautés. On rit, mais c’est du déjà vu.

En tout, 1h de spectacle dont le rodage semple plutôt bien avancé. Ahmed est à l’aise sur scène, « tranquille » comme le titre de son spectacle. Il est touchant et lui aussi, donne envie de l’avoir parmi ses potes. Pas de doutes, vous entendrez beaucoup parler de lui. N’hésitez pas à aller le voir en rodage tous les samedis soirs au Sentier des Halles, vous passerez un bon moment.

Petit Manu Payet est devenu grand Emmanuel

Manu Payet ne veut plus se faire appeler Manu. Manu, c’est pour les jeunes, ça fait pas sérieux. Aujourd’hui, appelez-le Emmanuel. Celui qui a su quitter ses parents, tout en essayant de les comprendre.

J’ai vu Emmanuel, le dernier spectacle de Manu Payet que j’avais déjà vu en rodage il y a quelques années. Après avoir eu une première partie de folie, avec Bun Hay Mean qui nous a donné un avant-goût de son nouveau spectacle (écrit en 2 mois tout juste), nous avons retrouvé Manu Payet dans un Olympia comble. Décor épuré d’ampoules de lumière, s’improvisant parfois DJ (et très bon danseur), Manu Payet nous a parlé de son enfance et de sa vie de couple. Des engueulades entre amoureux et des soirées entre amis. Aucun doute, on a très envie d’être ami avec Manu Payet. Même si certains sujets aperçus au rodage ont manqué au spectacle (notamment son installation à Place des Vosges et les caricatures du quartier), j’ai ri et je ne me suis pas ennuyée.

Et à la fin, on voulait effectivement partir faire la fête avec le reste des spectateurs et Manu en invité d’honneur.
Il reste quelques dates de tournée en France avant la fin des représentations. Vous pouvez y aller sans crainte, vous aurez près de 2h de rire vous permettant d’échapper au quotidien et à ses contraintes.
Billetterie ouverte.

Exposition Toutânkhamon : immanquable !

“Lorsque mes yeux s’habituèrent à la lumière, les détails de la pièce émergèrent lentement de la pénombre, des animaux étranges, des statues et de l’or, partout le scintillement de l’or.” Howard Carter

Le 4 novembre 1922, l’archéologue britannique Howard Carter fait une découverte extraordinaire dans la Vallée des Rois : le tombeau de Toutânkhamon, pharaon de la XVIIIe dynastie égyptienne, au 14e siècle avant JC. L’exposition Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon célèbre le centenaire de la découverte du tombeau royal en réunissant des chefs-d’œuvre d’exception.

Présentée par le Ministère des Antiquités égyptiennes à la Grande Halle de la Villette, cette exposition immersive dévoile plus de 150 pièces maîtresses, dont 50 voyagent pour la première fois hors d’Égypte.

Pour cette ultime tournée, l’exposition Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon est accueillie dans les plus grandes capitales internationales avant de s’installer définitivement au Grand Musée égyptien, actuellement en construction au Caire sur le plateau de Gizeh. Pour son escale parisienne, la statue Le dieu Amon protégeant Toutânkhamon, issue des collections du Louvre, s’invite dans la scénographie.

Une occasion unique d’admirer une collection du patrimoine mondial, témoignage d’une civilisation fascinante !

Toutânkhamon : Le Trésor du Pharaon
du 23 mars au 22 septembre 2019
Grande Halle

[Coup de coeur] Sugar Sammy, maître du stand-up

Sugar Sammy est un humoriste canadien d’origine indienne, adepte du stand-up et qui a déjà fait voyager son spectacle un peu partout dans le monde. Installé depuis quelques temps en France, il était temps que j’aille le découvrir sur scène, après toutes les critiques dithyrambiques entendues à son égard. Je l’ai donc découvert un peu avant Noël, sur ses dernières dates, avant d’apprendre – oh la bonne nouvelle – qu’il sera de retour pour de nouvelles dates en France en 2019.

Il présente un spectacle écrit spécialement pour la France dans la tradition du stand-up américain : un micro, pas de censure ! Il interagit avec le public sans mettre les gens mal à l’aise (évitez tout de même les premiers rangs si vous êtes timides). Il y parle des clichés des parisiens, de la vie de couple, du racisme… Des thèmes, certes déjà vus et revus mais une approche nouvelle, franche, à ne pas voir si vous êtes une âme sensible. Chaque spectacle est unique car il dépend du public et des interactions avec celui-ci.

Pour conclure, je dirai que Sugar Sammy fait partie des meilleurs comiques que j’ai eu la chance de voir sur scène et j’ai ri aux larmes du début à la fin, étant une fan d’humour noir. Il joue à l’Alhambra jusqu’à fin décembre puis sera de retour en avril. Cette fois, vous n’avez pas d’excuse pour le manquer !

Fabrice Eboué n’a plus rien à perdre et il le fait savoir !

Hier, j’ai eu l’occasion d’assister à une représentation du dernier spectacle de Fabrice Eboué sur la scène du Théâtre de la Renaissance. J’avoue n’avoir jamais vu l’un de ses spectacles et je le connais plutôt à travers ses films (le dernier, Coexister m’avait fait mourir de rire) et ses buzz, comme celui du ‘clash’ avec Anne Hidalgo.

Premier spectacle pour moi et pas des moindres, j’ai passé un excellent moment. 1h30 de spectacle où le comique ne tient pas en place et débite des énormités sur notre société : les couples mixtes, les vegans, les complotistes, la politique, et il envoie valser tous les clichés divers et variés de notre société. Attention toutefois : si vous n’êtes pas un adepte de l’humour noir, vous risquez d’être mal à l’aise. Car il n’y va pas de main morte, mais il prévient dès le début du spectacle.

Personnellement, je suis étonnée de savoir que le spectacle a été nommé pour le Molière du meilleur spectacle d’humour, alors qu’on vit dans un monde où tous les sujets sont bons pour s’insurger et dénoncer. Une évolution dans le bon sens ?

Fabrice Eboué joue jusqu’à fin avril au Théâtre de la Renaissance puis partira en tournée en France. Si vous avez besoin d’une soirée de détente et de franche rigolade, et que l’humour noir est votre pêché mignon, allez-y !

Kheiron : à pleurer de rire !

J’aurais dû y aller plus tôt. Après avoir entendu plusieurs personnes me répéter à quel point son spectacle est génial, j’ai enfin été voir Kheiron sur scène pour 1h de rire. Et quel kiffe !

Le garçon est très fort. Tout le spectacle est basé sur des interactions avec le public, qui laissent place à des improvisations totales. Personnellement, j’ai pleuré de rire. Cette heure de rire a été une vraie évasion, un moment de détente vraiment appréciable, même si on a parfois peur d’être parfois interpellé par l’humoriste. Attention, n’y allez que si vous n’êtes pas susceptible et que le second degré est à votre portée, sinon vous allez grincer des dents. Bravo à Kheiron qui a dirigé son spectacle comme un chef !

Pour ma part, j’ai déjà pris mes billets pour retourner le voir. Je suis conquise, à votre tour !

L’angoisse du Roi Salomon : un vrai bonheur

J’ai eu la chance il y a quelques jours, d’assister à une représentation de la pièce ‘L’Angoisse du Roi Salomon’ au Théâtre du Petit Saint Martin. Une découverte merveilleuse d’un texte que je ne connaissais pas et d’un grand comédien.

Issu d’un texte de Romain Gary, il s’agit de l’histoire de Jean, chauffeur de taxi à la gueule de voyou qui raconte sa rencontre avec l’élégant Salomon Rubinstein, 84 ans,  » Le Roi Salomon « , figure quasi biblique, qui après avoir fait fortune dans le prêt-à–porter, a décidé de prodiguer ses largesses à  » ceux qui n’y croient plus … « . découvre la solitude du vieux Salomon, et les secrets que cache sa colère volcanique : ses amours mal éteintes avec Cora Lamenaire, une ancienne chanteuse réaliste qu’il a connu avant-guerre.

Il s’agit d’un seul en scène avec le génialissime Bruno Abraham-Kremer, qui joue merveilleusement chacun des personnages avec une énergie bluffante. On reste pendus à ses paroles et à ses faits et gestes. Parfois, on rit. La mise en scène est parfaite et la scène est épurée, nous avons juste ce qu’il faut : un excellent comédien dans l’incarnation parfaite de chacun des personnages et leurs tourmentes.

La pièce joue jusqu’à fin mars, courrez-y ou vous allez le regretter !