Les Coquettes : trois anti-diva sur scène

Elles ont explosé il y a quelques années et ont déjà parcouru toute la France. J’ai eu l’occasion d’enfin découvrir les Coquettes sur scène. Le concept : 3 super chanteuses et 3 personnalités, des caractères bien trempés, qui chantent leurs états d’âme.

Sur scène, il n’y a aucun filtre mais il en faudrait plus pour être choqué. Elles se moquent d’elles-mêmes pour mieux envoyer valser les clichés, flinguent les relous à coups de syncopes féministes et se jouent des conventions pour mieux en rire. On rit et même si l’on peut penser que ce spectacle s’adresse exclusivement aux femmes (GIRL POWER), les hommes passeront eux aussi un bon moment. 

Plus que des chansons, les textes sont drôles. Bon, ce n’est pas le spectacle le plus drôle que j’ai pu voir, mais c’est frais, original et on passe un vrai bon moment.

Après avoir enflammé l’Olympia en 2017, Les Coquettes seront à Paris, au Grand point Virgule pour quelques mois avant de partir en tournée.

 

Anne-Sophie Girard et son one woman show : décevant

Je connaissais bien Anne-Sophie Girard pour ses livres humoristiques que l’on range dans ses toilettes ‘La femme parfaite est une connasse’. Souvent mise en avant à la télé dans des situations saugrenues grâce à l’animateur Arthur, je savais également qu’elle avait écrit un one woman show, que j’ai loupé. Je me suis rattrapé avec son nouveau spectacle qu’elle présente actuellement au Théâtre des Mathurins.

Je n’y allais pas avec de grosses exigences mais plutôt de la curiosité. Je dois avouer que j’ai été déçue. Une heure de spectacle (heureusement), au cours duquel, j’ai entendu des punchlines que je suis persuadée d’avoir entendues auparavant ou lues sur les réseaux sociaux. Et pour ce qui est de ses touches personnelles, je n’ai pas vraiment ri. On voit bien qu’Anne-Sophie avait le trac (il s’agissait de ses premières dates) et certes, elle reste fraîche et naturelle mais je n’ai pas vraiment accroché, probablement à cause du sentiment de déjà-vu. Beaucoup de thèmes ont déjà  été vus et revus par d’autres comiques (la peur de finir seule et folle, les soirées de trentenaires où les sujets de conversation sont déprimants, la soif de poursuivre son rêve de comédienne).

Les gens dans la salle ont ri. J’ai assouvi ma curiosité mais j’en ai vu assez. Je pense que le spectacle va évoluer, à voir s’il en sera plus appréciable avec le temps.

Mickey Mouse fête ses 90 ans avec des événements dans toute la France

Disney invite les Français à partir à la découverte des Mickey Cachés pour élire la ville la plus enthousiaste de France, que ce soit dans leur quotidien ou à Paris, Bordeaux Marseille, et Lyon

Pour fédérer et partager l’enthousiasme de la plus iconique des souris avec l’ensemble des français, Disney a lancé en février dernier La jauge de l’enthousiasme et a invité les Français à interagir sur les réseaux sociaux avec le #Mickey90, tout au long de l’année pour participer aux célébrations de son anniversaire.

Les Mickey cachés ou Les « hidden Mickey» sont bien connus des fans. En effet, Mickey est souvent subtilement caché dans des films ou lieux emblématiques Disney, et deux opérations sont organisées en septembre.

1. Avec des graffeurs locaux dans 4 villes de France

Partez à la recherche des Mickey cachés, dans 4 villes de France, du 27 août au 9 septembre en essayant de retrouver des œuvres d’art réalisées par des grapheurs locaux revisitant Mickey à Paris, Lyon, Marseille et Bordeaux.

Découvrez les 4 artistes et les œuvres à trouver :

A Lyon: LA COULURE, “Mickey is cool”

http://www.lacoulure.com/

Pour Ce collectif d’artistes originaires de Lyon, et inspiré par la bande dessinée et l’illustration pour enfants, « Les créations Disney et plus particulièrement Mickey ont eues un impact énorme sur le monde de l’illustration depuis près de cent ans, des grosses productions aux comics underground et jusqu’au graffiti… l’hommage qui nous est proposé d’effectuer aujourd’hui nous permet de revenir aux sources et de boucler la boucle ! »

A Paris : DACO, « GRAFFAUNE90MICKEY »

https://www.dacopaint.com/

Pour cet artiste originaire du sud de Paris, connu par sa série d’animaux qu’il appelle « Graffaune » contraction de graffiti et Faune, « Mickey, comme pour beaucoup, c’est toute mon enfance, le retranscrire dans mon style artistique pour ses 90 ans, c’est replonger dedans ! »

A Bordeaux : JAEN, « Essence M »

https://jaen.art/info

Pour JAEN, artiste bordelais qui combine art numérique, peintures et illustrations, « Plus qu’un personnage, Mickey est une icône, nécessairement protéiforme à mesure de son passage entre les mains de nombreux artistes. C’est cette essence que j’utilise comme substance créative, convoquant la magie onirique de Fantasia de concert avec le charme de ses débuts ainsi qu’une pincée de paréidolie nuageuse pour lui tenir compagnie »

A Marseille : REMY UNO, « Quand je dormais en pyjama »

http://remyuno.com/

Pour Remy, qui s’intéresse à l’image en tant que lien entre deux réalités, celle du peintre et celle du modèle, « Spontanément, Mickey, c’est forcément l’enfance, quand on regardait Disney Channel chez ma grand-mère le samedi soir, quand les fauteuils étaient immenses et le monde pas aussi grand que maintenant »

2.  Pour élire la ville la plus enthousiaste de France en partageant les Mickey cachés du quotidien

Un grand cercle pour la tête, deux cercles plus petits pour les oreilles : il suffit de peu de choses pour évoquer Mickey. Que ce soit dans les nuages, sur les tâches des animaux, des ombres sur les murs ou encore des objets astucieusement installés… Jusqu’au 22 septembre les Français peuvent partager leur photo sur leur compte Instagram avec #Mickey90 et le hashtag de leur ville. Par exemple, pour les habitants de Lille ils devront indiquer #Mickey90 #Lille, et participeront au tirage au sort pour gagner un week-end exceptionnel à Disneyland Paris et bien d’autres surprises.

La ville la plus représentée sera nommée la « Ville la plus enthousiaste de France ! » et aura l’honneur d’accueillir le 18 octobre un événement spécial pour l’anniversaire de Mickey.

Visuel de la jauge, disponible à tout moment ici : https://www.facebook.com/mickeyfrance/

Source

Première exposition consacrée à Sigmund Freud en France

Du 10 octobre 2018 au 10 février 2019, le Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme consacre une exposition à Sigmund Freud. Cette exposition, proposée à l’occasion des vingt ans du mahJ, est la première présentée en France sur Sigmund Freud (1856-1939). Par un ensemble de 200 pièces – peintures, dessins, gravures, ouvrages, objets et dispositifs scientifiques –, dont des œuvres majeures de Gustave Courbet (L’Origine du monde), Oskar Kokoschka, Mark Rothko ou Egon Schiele, elle jette un regard nouveau sur le cheminement intellectuel et scientifique de l’inventeur de la psychanalyse.

L’exposition fait redécouvrir l’invention de la psychanalyse. Si cette démarche est née de l’observation éminemment visuelle des symptômes, photographiés, dessinés, mis en scène autour de Jean-Martin Charcot (1825-1893) à la Salpêtrière, elle trouve sa spécificité et son efficacité à refuser l’image. Elle s’épanouit dans la seule écoute, dans les associations de mots, en l’absence de toute représentation visuelle.

Le lisible contre le visible, le mot contre l’image : Freud se pose ici en héritier de Moïse, grand briseur d’images. La spiritualité juive, à défaut d’une foi et d’une pratique, irrigue ses travaux, de L’interprétation des rêves– ouvrage dont l’herméneutique talmudique n’est pas absente –, jusqu’à l’essai final, Moïse et le monothéisme. Si Freud lui-même, né dans une famille juive originaire de Galicie gagnée par les idées de la Haskalah (les Lumières juives), affirme son athéisme et tient sa production scientifique à l’écart de son ascendance juive, tout comme du milieu viennois où il a vécu, c’est d’abord pour faire de la psychanalyse une science universelle, détachée de tout particularisme religieux ou culturel. Mais la démarche psychanalytique n’est pas étrangère à la tradition interprétative propre au judaïsme.

L’exposition bénéficie de prêts exceptionnels du musée Freud de Londres, du musée d’Orsay et du musée national d’Art moderne, ainsi que de grands musées autrichiens et allemands (Leopold Museum, Österreichische Galerie Belvedere, Vienne ; Museum der Bildenden Künste, Leipzig…).

Source

Les Traversées du Marais reviennent à la rentrée 2018

Marais Culture +, le réseau des institutions culturelles du Marais, vous donne rendez-vous pour la 4ème édition de son festival, Les Traversées du Marais du 7 au 9 septembre 2018.

Créer des ouvertures et des passerelles, mais aussi surprendre et faire vibrer l’un des quartiers historiques les plus prisés de Paris, voici quelques-unes des vocations de ces Traversées du Marais. Le festival se déploie cette année, le temps d’un week-end, dans vingt-huit lieux emblématiques du quartier, à travers des propositions artistiques pluridisciplinaires.

Après une édition festive sur la thématique du « carnaval » en 2016 et sur la déambulation oisive en 2017 avec « à contretemps », Les Traversées du Marais vous convient en 2018 à vivre la rentrée “Sur le fil…” Fil d’Ariane entre les lieux du réseau, fil rouge artistique qui invite aux parcours dans le Marais, un chemin à chercher, hors des sentiers battus, afin de découvrir la face cachée de nos institutions.
Du Haut-Marais vers le Marais Sud, avec une programmation majoritairement gratuite : les petites formes circassiennes, les concerts, le funambulisme décalé, les expositions, la danse, les performances théâtrales, le bal arty, les promenades, les visites d’ateliers d’artistes, les projections et les lectures sont autant de propositions artistiques que d’institutions qui les portent.

Le festival Les Traversées du Marais est une initiative du réseau Marais Culture +. Situé au carrefour des 3e et 4e arrondissements, le quartier du Marais se distingue dans le panorama parisien aussi bien par son histoire et son patrimoine d’exception que par le nombre de musées et d’institutions culturelles de référence qu’il abrite.
Le réseau Marais Culture + est né de la volonté de ces acteurs de mettre en valeur la richesse du Marais, véritable concentré de culture, dans le cadre d’une coopération dépassant les frontières administratives.
Ce réseau a vocation à faire connaître les trésors de ce quartier emblématique tout en garantissant sa valorisation et sa préservation. Les membres du projet souhaitent ainsi s’engager activement dans la promotion culturelle du Marais à travers l’organisation de projets thématiques réguliers sur le territoire, la promotion et la multiplication de collaborations pertinentes entre les membres du réseau.

Source et programme

Michael Jackson mis à l’honneur au Grand Palais

Star planétaire, Michael Jackson nous a quitté il y a presque 10 ans. Vous connaissez ses chansons par cœur, vous maîtrisez (ou pas) le moon walk… Mais savez-vous qu’il a inspiré les artistes contemporains du monde entier, depuis son enfance aux côtés des Jackson Five jusqu’à son élévation au rang d’icône de la pop culture ? Le Grand Palais vous propose un parcours mêlant des techniques variées évoquant la vie et l’œuvre d’un chanteur, chorégraphe, danseur, inventeur inlassable de son image… bref, le King of Pop !

Michael Jackson. On the Wall – exposition au Grand Palais
Du 23 novembre 2018 au 14 février 2019

Baignade au clair de lune à la piscine Pailleron

Museum of the moon est une invitation à la rêverie et à la contemplation céleste.
L’artiste Luke Jerram interroge l’espace public en créant des sculptures, installations et performances à grande échelle. En 2016, il se lance dans la construction d’une lune de 7 mètres de diamètre, sculpture gonflée à l’hélium et éclairée de l’intérieur, avec une impression à très haute résolution d’images de la Nasa.

En suspension au-dessus du bassin de la piscine Édouard Pailleron, elle épousera le fonctionnement habituel du lieu, ses horaires comme ses usages. Elle brillera en journée et lors de 2 nocturnes exceptionnelles (les 20 et 27 juillet) pour que chacun puisse venir nager au clair de lune et profiter de ce spectacle saisissant !

Source et informations

Télérama organise sa journée de rencontres avec des artistes, créateurs et intellectuels…

Pour la 6e année, la rédaction de Téléramase mobilise pour mieux partager avec le public le travail d’artistes, créateurs et intellectuels avec lesquels Télérama entretient une relation singulière. Admiration ou grande curiosité : chaque journaliste choisit d’interviewer une personnalité, présente ou pas dans l’actualité de la rentrée, star dans sa discipline ou peu connue encore du plus grand nombre. Une formidable occasion d’entendre parler littérature, cinéma, musique, design, théâtre, photographie, BD, mais aussi média, environnement, sciences humaines, gastronomie…
Chacun des invités est ainsi interrogé librement sur son parcours, son travail, son oeuvre. Ces rencontres occupent toutes les salles du Rond-Point – comme souvent partenaire très actif de nos manifestations. Grâce à Télérama Dialogue, on (re)découvre non seulement des créateurs passionnants mais on observe aussi une rédaction amoureuse de culture au travail, aux prises avec ses brillants interlocuteurs.

Ca se passera le lundi 22 octobre au Théâtre du Rond Point.

Programmation salle Jean Tardieu :
10h : Barbara Cassin (sous réserve)
11h : Alex Vizorek
12h : Thierry Marx
13h30 : Léa Salamé
15h : Natalie Dessay
16h30 : Aurélie Dupont<
18h : Édouard Louis
19h30 : Alexis Michalik
21h : Eddy de Pretto

Programmation salle Renaud-Barrault
10h : Gérard Garouste
11h : Maylis de Kerangal
12h : Jacques Gamblin
13h : Gaspard Ulliel
15h : Françoise Hardy
16h30 : Amélie Nothomb
18h : Dany Boon
19h30 : Nathalie Baye
21h : Jean Dujardin

Programmation salle Roland Topor :
10h : Jean-Pierre Rosenczveig
11h : Thomas Jolly
12h : Golshifteh Farhani (sous réserve)
13h30 : Claire Nouvian
15h : Christophe Boltanski
16h30 : Françoise Fabian
18h : Zep
19h30 : Ovidie
21h : Yassine Belattar

Programmation salle Jean Vauthier
10h : Mathilde Daudet
11h : Guillaume Long
12h : Sophie Makariou
13h30 : Florent Ladeyn
15h : Nadia Daam
16h30 : Geoffroy de Lagasnerie
18h : Laurence de Cock
19h30 : Aïssa Maïga
21h : Ignatus

Source et lien de réservation

Observez les étoiles dans les parcs parisiens

A l’occasion de l’ouverture nocturne de certains Parcs et Jardins parisiens, l’Association Française d’Astronomie avec le soutien de la Mairie de Paris organise durant tout l’été des soirées d’observation du ciel gratuites pour tous.

Une compagnie d’animateurs de l’AFA pointera lunettes et télescopes vers le ciel étoilé à l’abri des lumières dans les parcs. Les parisiennes, parisiens, petits ou grands, seul ou en famille, pourront contempler aux télescopes Mars, Jupiter ou Saturne, observer des cratères lunaires, découvrir la couleur des étoiles, identifier les constellations.

Les animateurs spécialisés de l’AFA seront ainsi équipés de télescopes, lunettes pour proposer aux visiteurs des observations et des ateliers de repérage du ciel : quelles sont ces étoiles qui brillent ? comment les reconnaître et les retrouver ?… Suivant les dates et les horaires, le public pourra concrètement observer à l’oculaire d’un télescope Jupiter et découvrir ses satellites, contempler Saturne et ses anneaux, admirer les mers et cratères lunaires, découvrir la couleur de la planète Mars… Emotion et émerveillement au programme de ces soirées.

Dates et lieux :

Paris sous les étoiles au Parc Montsouris du 6 juillet au 1er septembre de 21h à 1h.
Adresse : 2 rue Gazan, Paris 14e.

Paris sous les étoiles au Jardin des Grands Explorateurs le 15 juillet de 21h à 1h.
Adresse : Avenue de l’Observatoire, Paris 6e.

Paris sous les étoiles au Square Louis-XIII le 20 juillet de 21h à 1h.
Adresse : 30 places des Vosges, Paris 4e.

Paris sous les étoiles au Square Georges Méliès le 21 juillet de 21h à 1h.
Adresse : 3 rue Albert Malet Paris 12e.

Paris sous les étoiles au Square Séverine le 22 juillet de 21h à 1h.
Adresse : 7 rue le Vau, Paris 20e.

Paris sous les étoiles au Jardin Villemin le 14 août de 21h à 1h.
Adresse : 14 rue des Récollets, Paris 10e.

Paris sous les étoiles au Square Louis-XIII le 15 août de 21h à 1h.
Adresse : 30 places des Vosges, Paris 4e.

Paris sous les étoiles au Jardin des Grands Explorateurs le 17 août de 21h à 1h.
Adresse : Avenue de l’Observatoire, Paris 6e.

Paris sous les étoiles au Parc André Citroën le 18 août de 21h à 1h.
Adresse : Parc André-Citroën, Paris 15e.

Paris sous les étoiles au Parc Montsouris le 1er septembre de 21h à 1h.
Adresse : 2 rue Gazan, Paris 14e.

Les Champs Elysées se transforment en un cinéma géant

Le dimanche 1er juillet à 20h, la Mairie de Paris, le CNC, Häagen-Dazs et Gaumont vous invitent à vivre une expérience de cinéma extraordinaire sur l’avenue des Champs-Élysées, lors de sa piétonnisation mensuelle.

Du 6 au 15 juin à 15h, vous pouvez vous-même choisir la programmation, parmi 3 films patrimoniaux aux univers variés ! Un tirage au sort désignera ensuite parmi les votants les 1 700 spectateurs qui auront la chance d’assister à cette séance.

Pour désigner votre film préféré et participer au tirage au sort, ça se passe ici